La musique au coeur de la vie ...

Né en 1957 à Prades, en Catalogne, Alain Raubert est un amoureux de la vie. Lorsqu’il est jeune, touche à tout et musicien, il exerce cent métiers tout en s’initiant à la guitare électrique. Il joue dans différents groupes de rock avant de créer le sien, inspiré par des groupes tels que Genesis, Yes ou King crimson. Son attirance pour des musiques pures et acoustiques,  fait qu’il se tournera vers la musique médiévale et renaissance, que l’on désigne aussi par le terme générique de « musique ancienne », en pratiquant un instrument  aux sonorités cristallines, le luth. A cette occasion il rentre à la schola cantorum de Bâle en suisse où il rencontre des musiciens tels que Jordi Savall ou Hopkinson Smith

En 1990, l’appel soudain de la Foi le fait rentrer dans une communauté nouvelle où il prend le nom de Père Élie.

 

Il y est ordonné prêtre en 1996 et durant la vingtaine d’années où il est au service de cette « association de fidèles », il visite plusieurs Diocèses de France. Ces différentes missions le conduiront à Lisieux où pendant cinq années il découvre le message de « la petite Thérèse ». C’est à ce moment là que Père Élie, encouragé par l’enthousiasme de son entourage, reprend sa guitare avec au cœur, le désir de dire l’Espérance Chrétienne, son amour pour le Christ et celui de l’Église.

En janvier 2009 il retourne dans le sud de la France sa région natale où il est désormais au service de son diocèse d’origine. Monseigneur Marceau, Évêque de Perpignan l’a nommé curé de la communauté de paroisses du haut Vallespir et c’est à Arles sur Tech qu’il a déposé son baluchon.

 

… et la musique au coeur de la mission !

Par son ministère de prêtre, Père Élie reçoit beaucoup de confidences …
C’est en portant les détresses et les espoirs de ceux qu’il rencontre, croyants ou non, que Père Élie désire vivre son retour à la musique et à la scène. Comme un deuxième mission pour l’Évangélisation, avec toujours une couleur qui lui est propre … la compassion.
C’est le « Consolez, consolez mon peuple !  » d’Isaïe qui résonne en filigrane de ses albums, où il témoigne d’une intimité possible avec Dieu :
« Avant d’être musicien, je suis prêtre… Disons que je prêche mieux en chantant ?
La plupart des gens ne vont pas à Dieu parce qu’ils se croient loin de Lui. Avec mes chansons, je veux simplement leur dire : « n(ayez pas peur, venez avec vos mains vides, vos mains sales… n’ayez pas peur !  »

 

Avec ses amis, musiciens professionnels, qui enregistrent ses albums – et qui l’accompagnent régulièrement en concert – Père Elie cisèle des musiques bien rythmées ou plus contemplatives. Son exigence, celle du prêtre et celle de l’artiste, il la met dans la qualité de ses textes. D’une réelle profondeur théologique et spirituelle, non sans humour, les paroles de ses chansons sont toujours simples : chacun peut se sentir compris et conduit vers la prière, celle du cœur.

…Père Élie, une voix pour aimer, croire